Introduction

 

Les Landes continuent d'être un des rares lieux en France vers lequel peuvent se diriger des gens aux envies très différentes. On peut s'y rendre pour un littoral encore préservé des abus immobiliers ou pour cavaler dans une forêt aux effluves toniques. D'autres encore pour des férias sans paillettes inutiles tandis que les plus paisibles ont repéré depuis longtemps les meilleures tables de Chalosse et du Marensin.

L'élégance raffinée d'Hossegor, la romanité souriante de Dax, le terroir gascon de Mont de Marsan et ses rivières, la Haute Lande vers laquelle on monte sans grimper, la Basse Lande qui lisse soudainement une côte encore dentelée cinq kilomètres avant. Les Landes ont leurs différences, et c'est un privilège rare que de pouvoir conjuguer un tel mot au pluriel !

 

 

 

Le cadre
 

Le littoral, ce sont 56 plages surveillées, depuis la côte sud jusqu' à la zone des grands lacs, Le cadre idéal pour la pratique de nombreuses activités : golf, équitation, tennis, pêche, baignade, bowling, sports nautiques (surf, planche à voile, canoë-kayak,...), randonnée, VTT (200 kilomètres de pistes cyclables), thalassothérapie, thermalisme, casino. Cette bande littorale offre des perspectives sans limites et les cyclistes s'en donnent à cœur joie. Les adeptes de loisirs nature, d'espaces de liberté, adoptent en masse les Landes, y reviennent inlassablement et on comprend pourquoi.

 

Le parc national régional, classé ainsi depuis 1970, recouvre la plus grande forêt de pins d'Europe. Une forêt voulue par l'homme dès le XIXème siècle pour offrir une certaine résistance à l'océan qui prend tous ses droits sur des plages infinies de sable fin. Avec la forêt, toute une culture : on a appris à dompter la nature au quotidien. Les échassiers ont pris de la hauteur pour voir plus loin et pour s'offrir de grandes enjambées, les résiniers ont su extraire la quintessence de l'écorce, les éleveurs de canards produisent le meilleur des foies.

 

L'arrière pays, lui, est une mosaïque de terres. Ceux qui n'imaginent que du sable dans les Landes n'ont qu'un tout petit bout de lorgnette braqué sur ce pays. La Chalosse n'est pas le Tursan, qui n'est pas le Bas Armagnac que les amateurs du breuvage disposent partout sur la planète des gourmets et des plus grandes tables au premier rang de leurs cépages favoris.

Il n'y a pas les Landes, il y a des Landes. Et c'est en y entrant qu'on va de découvertes en découvertes. Ce qui nous réunit les Landais en revanche, c'est un seul et même goût pour le bien vivre. On y mange encore très bien et pour pas très cher. Il y a des routiers, des relais perdus (pas pour tout le monde...) où le confit et les asperges peuvent sans fanfare agrémenter un plat du jour. Oui cela existe encore ! Mais il suffit de s'enfoncer un peu dans ce pays pour être surpris par une table toute simple, qui ne paie pas de mine. Curieux contraste de natures, humaines aussi, que ce voisinage immédiat de la mer et de la forêt. Sur des dizaines de kilomètres, sans l'urbanisation outrancière d'autres côtes, l'océan vient ainsi mouiller les pieds des premiers pins. C'est sans doute ce qui confère aux gens de l'intérieur ce penchant naturel pour les rencontres et les horizons nouveaux. Ici il y a toujours une histoire à partager avec l’autre. La proximité de l'Atlantique, qui a laissé ici où là de majestueuses flaques, a fait entrer pour toujours dans notre caractère l'idée que l'aventure et l'ailleurs ne sont jamais loin. Et si c'était la vraie raison de notre hospitalité légendaire ?

Le sport


Voici les raisons pour lesquelles le sport est notre deuxième main. Dans les Landes, de tout temps à jamais, on a dû se déplacer sur des distances importantes d'un point à un autre et au quotidien. On mettait même des échasses pour faire de plus grandes enjambées. Pas surprenant qu'on trouve chez nous beaucoup de gars filiformes. La marche, la course faisaient partie de notre vie. L'esquive aussi, avec un nombre record d'arènes. Un record sûrement mondial du nombre d'arènes dans un département. Même en Espagne il n'y a pas pareille densité de plazas. C'est aussi ce qui explique que nous ayons quelques facilités pour éviter les bouchons...

Le rugby, malgré le rayonnement de personnalités, n'est pas pour autant le sport le plus pratiqué dans les Landes. Le premier de tous, en nombre de pratiquants, est le basket. En dehors de l'ovale qui fédère tous les Landais on peut parler d'ailleurs d'un partage des territoires entre la Chalosse vouée au basket et la Haute Lande qui commence à se pencher très fort vers le football. Proximité de Bordeaux oblige sans doute.

Indépendamment des sports de glisse et de nature, le vélo tient aussi une grande place, comme la pelote basque. Nous baignons dans l'amour du sport et le fait d'avoir à arpenter de grands espaces n'y est sans doute pas étranger. Autre conséquence du cadre dans lequel on évolue : on est résistant. Le Landais peut même avoir beaucoup de caractère. Demandez donc aux équipes de rugby s'il faisait bon se déplacer à Tyrosse, Hagetmau ou Soustons... Mais, pour être complet, le Landais n'est pas le dernier en troisième mi-temps non plus. Plus festif que lui tu meurs ! Au grand dam des entraîneurs qui oublient un peu trop ce qu'ils faisaient eux-mêmes après les matchs. Heureusement qu'en dehors du rugby professionnel, ces habitudes de fête ne sont pas près de se perdre...

 

Et puis il y a le bon air des Landes. Celui que des firmes de désodorisants vont jusqu'à enfermer dans des brumisateurs. Des résultats d'études ont montré que c’est la région de France la plus apte, en fonction de nombreux critères liés à la pratique de sport de haut niveau, dont la qualité de l'air, à recevoir un village olympique. L'air iodé vient se mêler à celui de la forêt de pins et ça donne un résultat formidable. Les Landes destinées un jour à l'installation d'un village olympique. C'est une preuve supplémentaire de la fusion de ce département avec la pratique naturelle de tous les sports.

 

 

Le thermalisme

Le thermalisme est l'ensemble des moyens médicaux, hygiéniques, hôteliers, hospitaliers et sociaux mis en œuvres pour l'utilisation thérapeutique des eaux de source.

 

 

Dax est la première ville thermale de France et est ouverte toute l'année. Le thermalisme de Dax combine des moyens médicaux, sociaux, sanitaires et d'accueil pour l'utilisation à des fins thérapeutiques d'agents naturels que sont les eaux minérales et les boues thermales.

Les produits thermaux :

Ce thermalisme utilise surtout deux grandes familles de produits : les eaux minérales et les boues thermales.

L'eau minérale de Dax est une eau sulfatée calcique et magnésienne. Naturellement chaude, elle convient particulièrement aux soins de rhumatologie. Sinon utilisée en boisson, ses propriétés diurétiques ont été mises en évidence.

Les péloïdes de Dax apparaissaient sur les bords de l'Adour dans des creux naturels où jaillissaient l'eau thermale. Dans ses cavités les malades venaient se plonger pour profiter des bienfaits de la boue ainsi formée. Le péloïde est une sorte de pâte à l'eau dont la base est l'eau thermale. A Dax, la maturation consiste à un séjour prolongé de six mois et plus, dans des bassins où le contact entre l'eau chaude et le limon de l'Adour est favorisé. La température de l'eau minérale (62,5 °C) empêche la pousse de végétaux supérieurs et favorise le développement d'une flore spécifique, constituée d'algues et de bactéries particulières.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire du thermalisme :

 

 

Louis IX a fait édifier un "bassin des ladres" à Ax-les-Thermes pour les croisés revenant malades de Palestine, mais il faut attendre les séjours de Louis XIII et de sa cour à Forges-les-Eaux, où les eaux ferrugineuses permettent le traitement des anémies, et le création de thermes militaires à Bourbonne-les-bains pour que l'intérêt des eaux de source dans le domaine de la santé soit compris.

 

 

 

La légende du thermalisme de Dax :

 

 

 

 

A l'époque des romains, un centurion qui vivait dans une garnison proche de Dax avait un chien. Ce chien était brave mais âgé et perclus de rhumatismes. Un jour, le centurion dut partir dans les sauvages montagnes ibériques. Son chien ne pouvant pas l'accompagner, il se résolut à le noyer dans l'Adour. L'hiver passé, la légion revint dans sa région. Le centurion était à cheval et vit un chien, son chien. Il ne comprenait pas comment son chien pouvait être là et en plus, il n'avait plus de rhumatismes. Son chien allait toujours dans la même direction et un jour il le suivit. Il trouva son chien allongé dans les boues chaudes qui entouraient une source thermale. Ces eaux devinrent vite célèbres et la fille de l'Empereur Auguste qui s'y soigna l'appela "Aquae Augustae" qui avec le temps se transforma en "Acqs" puis en "Dax".

La gastronomie landaise


Les Vins et Alcools landais :

Aujourd’hui, les principales régions de production, qui n'ont hélas plus l'importance d'hier, se trouvent en Chalosse, en Tursan, en Pays d'Orthe et en Bas armagnac. Le cru de Tursan, blanc, rouge et rosé, a obtenu en 1958, le classement VDQS pour ses vins. Les principaux cépages sont Tannat Bauchy, Sauvignon, Cabernet, Clairette, Maseng, Clavière, Claret et Raffiat. Ce sont tous des vins qui vieillissent bien et qui peuvent donc se conserver longtemps. Les Coteaux de Chalosse, avec les caves de Pouillon et de Mugron, donnent un vin de consommation courante à l'appellation de "Vin de Pays des Landes". Les vins des Coteaux d'Orthe ont leur cave à la coopérative d'Orthevielle.

Les vignobles situés à l'est des Landes sont principalement réservés à l'Armagnac. D’après ce que l’on dit, c'est la plus vieille eau-de-vie du monde. Sa commercialisation daterait du début du XVème siècle. Le vignoble de l'Armagnac s'étend sur les départements des Landes, du Gers et du Lot et Garonne. L'Armagnac est aussi utilisé pour confectionner des produits locaux comme le Floc de Gascogne et le Pousse-Rapière. Sans compter bien sûr les nombreux fruits à l'Armagnac, tels les pruneaux, les cerises, les marrons, ...

Si vous êtes amateur de bons vins, ne manquez pas de pousser un peu plus loin, dans les Pyrénées-Atlantiques, et venez goûter le merveilleux nectar de la Région du Jurançon. Vin connu depuis Henri II et particulièrement réputé, et si vous le pouvez aussi, les vins du Béarn vous montreront leur caractère bien trempé.

 


Le foie gras :

C'est à l'Egypte ancienne que remonterait le gavage des oies. Ce furent par la suite les Grecs, puis les Romains qui continuèrent cette pratique. Dans les Landes, la tradition remonte à fort longtemps, sans qu'il soit possible d'en préciser la date. Par le passé, la production de foie gras d'oies était plus importante que celle des canards, à ce jour la première tend à disparaître au bénéfice de la seconde. En effet, depuis une bonne vingtaine d'année, la production de canards gras a plus que quadruplé dans les Landes.

La filière du canard gras passe par plusieurs étapes : accouvage, élevage, gavage, abattage. Le foie se vend sous trois formes principales : entier, en bloc ou en mousse. Le canard gras offre aussi aux gourmets ses magrets et ses confits.

Voici quelques fabricants de foie gras sur Dax (Roger Junca) ou à l'extérieur (les établissements Labeyrie à Saint Geours de Maremne, la Ferme du Grand Castagnet à Pomarez, la Ferme Moulié à Brassempouy et la Ferme de Chanchon à Castets).

Les volailles :

Dans les Landes, la production intensive de maïs a provoqué le développement de l'élevage des animaux de basse-cour. En effet, depuis une bonne vingtaine d'années, la production a plus que quadruplé. Le poulet labellisé représente aussi, pour les éleveurs landais, un marché très important. Quelques groupements d'élevage de "Poulets en liberté" se sont créés. Un des plus importants, "Les fermiers Landais" vous permet de visiter un certain nombre d'élevages.

Les Landes se devaient aussi de ne pas prendre de retard sur les nouveaux marchés, comme celui, par exemple des Autruches dont la viande est très apprécié par les gourmets tant sous forme de steaks que sous forme de saucissons et de pâtés.

Voici quelques sites où il est possible d’en rencontrer : Ferme du Hauron à Gaujacq ou Landes autruches à Saint Lon les Mines ou Cauneille.

 


Autres spécialités landaises :

D’autres produits du terroir sont très réputés comme les asperges, les charcuteries de toutes sortes (boudin, saucisses, pâtés ...), la viande des boeufs de la Chalosse.

Les Landes sont aussi un pays de pêcheurs et de chasseurs qui vous apportent aussi leurs lots de poissons de mer et de rivière et de fruits de mer (huîtres, homards, crevettes, truites, saumons, pibales et caviar), ainsi qu'un très grand choix de gibiers (bécasses, cailles, canards sauvages, ortolans, palombes, perdreaux, lièvres, marcassins et chevreuils).